Tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman. TONY HOGAN M'A PAYÉ UN ICE 2019-01-24

Tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman Rating: 8,8/10 1251 reviews

TONY HOGAN M'A PAYÉ UN ICE

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Mais si vous avez envie de laisser Janie vous conter son histoire, vous montrer sa vie précaire mais parsemée de rêves auxquels il faut s'accrocher, prenez ce bouquin et lisez le. Kerry Hudson a eu une enfance plutôt chaotique, qui lui a en partie inspiré ce roman. Il s'agit de la triste réalité, qui tord le ventre et devant laquelle d'habitude on passe tête baissée sans s'arrêter. Et se construit : armée d'un humour féroce et d'une rage d'en découdre, Janie rêve d'une vie à elle, et elle l'aura. Un fabuleux portrait de femme s , et d'une époque à vif, rythmé par une langue insolente.

Next

TONY HOGAN M'A PAYÉ UN ICE

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Janie nous raconte son enfance, nous sommes rapidement dans le bain et comprenons dans quel environnement il va lui falloir grandir. . Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes. Ma chronique : Je n'ai pu résister à ce roman lors de sa sortie il y a déjà un petit temps maintenant, mais voilà seulement que je me suis lancée dans cette histoire et je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt! Le livre se lit facilement, l'écriture est fluide, on sent beaucoup d'expérience et pourtant ce n'est que le premier roman publié de Kerry Hudson. Aussi étonnant que cela puisse paraître, étant donné le sujet, c'est aussi un livre drôle.

Next

Tony Hogan m'a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Et même si la fin est facile à deviner, jamais je n'ai eu envie d'arrêter le livre avant d'en lire le dernier mot. Elles sont tour à tour là l'une pour l'autre, les liens sont forts. On sourit avec elle, on compatit, on espère, et ses souffrances nous touchent réellement. Les relations vont être compliquées entre Janie et sa mère : pourtant, cette dernière l'aime profondément, autant qu'elle peut. Les logements sociaux sont morbides, ils sentent l'urine et les quartiers sont bruyants, mal famé. Les dialogues fusent, rageurs, violents, parfois tendre et ses moments de répit sont accueillis avec joie comme du pain béni. Mais sans jamais oublier de se protéger l'une l'autre, de rester soudées malgré l'incompréhension, les disputes et les non-dits.

Next

Tony Hogan m’a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Même si ce roman a une certaine tristesse et colère, même si l'on traverse avec Janie et sa mère de nombreux conflits et des situations plus que difficiles, une misère douloureuse à vivre et à porter, on ne ressort pas de cette lecture accablé e. Nous suivons Janie, depuis sa naissance d'une mère encore adolescente qui n'arrive pas à gérer la situation. Ce roman est dur, il s'agit de la vie, sans fard pour rendre tout cela joli. Elle se retrouve avec un bébé, sans le mode d'emploi. On ne s'ennuie pas, les rebondissements sont présents, l'histoire cohérente et on a envie de la suivre. Puis, ce sera le retour à la maison, le déménagement pour fuir, notamment, Tony Hogan. On pourrait craindre un livre trop triste, qui tire sur le pathos, or, il n'en est rien.

Next

Tony Hogan m’a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Par cette fraîcheur qui tient la dragée haute à la moisissure qui couvre les murs, à la faim, à la honte, aux chaussures trouées et à la violence sociale et physique qui les entoure. Les protagonistes sont bruyants, à fleur de peau et violents. Venue au monde sous une bordée d'injures, Janie Ryan file une jeunesse âpre dans l'Écosse en crise des 80's. « Dans ce texte semi-autobiographique maintes fois primé, Kerry Hudson réussit l'exploit de transformer une enfance chaotique en un premier roman nerveux, vif, aux dialogues crus, férocement drôles ou tendres. Un livre dans la veine des films de Ken Loach ou d'Irvine Welsh. Mais attention, ce n'est pas les Misérables non plus, car au coeur du dénuement, elles chérissent chaque petit bonheur simple, tel qu'être ensemble, avoir un toit, ou la préciosité d'une sauce pour accomoder un plat.

Next

Tony Hogan m'a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Certes, l'histoire n'est pas facile, pour Iris comme pour Janie, mais, c'est avant tout une histoire d'amour, l'amour très fort entre une mère et sa fille, mais un amour qui est différent. Mais le sourire, l'amour, au milieu du sombre. Elles vivent une vie de lutte permanente, pour leur survie, pour gagner une dignité, exister. Pendant que maman se mordait les lèvres, arrachait les petites peaux de ses ongles et lisait des vieux magazines, je découvrais à quel point les histoires me donnaient un sentiment de sécurité. On haït sa mère, souvent on a pitié et parfois on voudrait la prendre par la main pour la remettre sur le droit chemin. On se doute et on craint un peu la suite de la jeunesse et de l'adolescence de Janie, on entend assez souvent que les enfants reproduisent les actions et les comportements de leurs parents. Elle s'est retrouvée enceinte adolescente, est revenue auprès de sa famille sans rien dire du père je pense que l'enfant n'était pas voulu , perdue.

Next

Tony Hogan m’a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

Kerry Hudson m'a conquise dès la première page. L'innoncence chahutée, l'apprentissage des sentiments, parfois jolis, parfois laids. Elles partagent le même caractère le caractère bien trempé des femmes Ryan! Si vous cherchez un roman plein d'action, de rebondissement ou avec une intrigue qui vous happe dès les premiers pages, passez votre chemin. Et je crois que cela se sent dans ces pages, ce vécu, ce ressenti, cette violence des mots, des gestes et des situations. » ElleTraduit de l'anglais Écosse par Florence Lévy-Paolini.

Next

Tony Hogan m’a payé un ice

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

De fil en aiguille, on grandit au côté de notre petite héroïne, on s'y attache, on aimerait l'aider! Une histoire encore contemporaine, pas si loin de notre quotidien mais à laquelle on ne prête plus attention, comme si être pauvre et sans moyen était devenu une banalité. De foyer en foyer, d'accueil en accueil, Janie est une petite fille facile, ouverte et curieuse face au monde qui l'entoure même si Iris, sa maman retombe souvent dans l'alcoolisme et la débauche. J'attends avec attention le prochain roman de Kerry Hudson, prévu dans l'année en Angleterre, car c'est une auteure franchement pleine de promesses! On comprend que la jeunesse de Janie ne sera pas tranquille : placée dans un foyer, éloignée de sa maman, elle découvrira une autre sorte d'amour presque maternel qu'elle ne connaissait pas encore. Lisez-le, il en vaut le détour. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes. .

Next

TONY HOGAN M'A PAYÉ UN ICE

tony hogan ma paye un ice cream soda avant de me piquer maman

. . . . . .

Next